Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Didier Deschamps : « Une attente plus forte »


La liste : "Un choix logique"
"Pour moi, après le sacre de juillet, il était logique de reprendre les vingt-trois. Ou plutôt les vingt-deux, mais si Steve Mandada n’avait pas été blessé, il aurait été là. Il sera en tout cas présent au Stade de France pour notre match contre les Pays-Bas".

L’après Coupe du monde : "De nouveaux objectifs"
"Je vais très bien. Sur un plan sportif et émotionnel, on est allé tout là-haut. Il n’y a rien au-dessus que de gagner une Coupe du monde, mais la vie ne s’arrête pas pour autant. Nous sommes repartis sur une saison sportive avec une nouvelle compétition, avant de basculer à partir de mars vers les qualifications pour l’Euro 2020. Tout ce qui a été accumulé comme expérience en Russie n’est que du positif. Nous avons de nouveaux objectifs et une nouvelle campagne démarre jeudi prochain, avec un grand match qui nous attend en Allemagne pour lequel il faudra être prêts. Je n’aurais pas à remobiliser les joueurs, ils seront heureux de se retrouver. Deux gros matches nous attendent, celui en Allemagne avant de retrouver le Stade de France. La fierté qu’ils ont eu de porter le maillot bleu est toujours là, les devoirs et obligations qu’ils avaient également et ils sont prêts à cela".

Les écueils à éviter : "Maintenir les exigences"
"L’Équipe de France a un statut puisque l’on restera champions du monde pendant quatre ans. L’attente ne va pas être moindre, c’est le haut niveau, à nous de maintenir les exigences en s’appuyant sur ce qui a fait notre force. Ce sacre donne autant, si ce n’est un peu plus, d’obligations et de devoirs, l’attente va être plus forte mais elle ne doit pas engendrer une quelconque pression. On ne va pas se plaindre d’être champion du monde. Certains adversaires ont réussi à nous battre, pas énormément, mais cela nous est arrivé. Indépendamment de rencontrer l’Équipe de France ils vont maintenant rencontrer le champion du monde en titre. Si nous continuons à faire peur, ou au moins que nos adversaires aient un peu de crainte, on ne va pas s’en plaindre mais sur le terrain, il faudra toujours avoir le degré d’implication nécessaire pour y arriver".

Le risque de décompression : "Ils restent des êtres humains"
"Il est difficile à prévoir. Il peut y avoir une décompression pour certains, cela peut être pour d’autres un booster formidable leur donnant plus de sérénité et de force. Ayant fini la saison le 15 juillet, ils ne sont pas tous au même niveau sur le plan athlétique. Connaître un sacre mondial n’est pas anodin, la saison a été longue et a fini très tard, certains auront donc un petit trou à un moment ou un autre. Mais ce sont les mêmes joueurs, avec le même potentiel, et seulement avec une étoile en plus. Ils ne vont pas changer mais le regard porté par les gens sur eux est différent. Ils restent des êtres humains et ils ont le droit d’avoir des périodes où ils seront ponctuellement un peu moins bien. Ils ont eu des reprises plus ou moins différées avec leurs clubs, et l’on sait que le temps de récupération est important pour éviter les blessures. La tête commande les jambes, mais il leur faut prendre encore plus soin de leur corps. Les clubs ont leurs exigences et ils ont davantage tendance à mettre des champions du monde sur le terrain pour gagner leurs premiers matches. Le calendrier est très chargé mais la décision appartient à chaque entraîneur de club, je leur fais confiance."

Ouvrir le groupe : "La porte est toujours ouverte"
"La porte a toujours été ouverte et le sera toujours. Il leur faut maintenir leur niveau de compétition, s’il baisse pour certains… Je ne reste pas cantonné sur ces vingt-trois, même si je ne leur enlève pas qu’ils ont été là et qu’ils ont bien fait les choses ensemble. Qu’il y ait un noyau dur qui revient régulièrement est une bonne chose. Certains qui auraient pu y être pourraient revenir, d’autres qui ne l’ont pas été pourraient débuter. Cela n’empêche pas ponctuellement de prendre des joueurs qui n’ont pas fait partie de cette liste des vingt-trois et qui pourraient avoir un rôle dans l’avenir voire même un rôle important. Ce ne sera pas forcément le même groupe dans deux ans mais cette génération relativement jeune est censée rester quelques années si elle maintient son niveau".

Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Bientôt disponible

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt, des communications et des contenus personnalisés et de partager les contenus sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies cliquez ici.