Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Le point de Didier Deschamps, à un mois de la liste


SA LISTE FINALE ?

"Au départ j’inscris quatre ou cinq noms dans chacune des cases. A la fin de ma réflexion, chaque case est censée ne plus contenir que deux noms".

"Je dois communiquer à la FIFA, le lundi 14 mai au plus tard, une liste élargie de 35 noms. Je dévoilerai la liste des vingt-trois pour la Coupe du Monde en Russie le mardi 15 mai. Comme je l’avais fait pour le Mondial 2014 et l’Euro 2016, je donnerai alors les 23 et les réservistes. D’ici là, j’ai donc des cases à remplir à chaque poste. Au départ j’inscris quatre ou cinq noms dans chacune d’elles. A la fin de ma réflexion, chaque case est censée ne plus contenir que deux noms. Je fais une analyse globale des événements. Les plus récents à savoir nos matches de qualification et de préparation ou les performances des joueurs dans leur club mais aussi les plus anciens comme les phases finales de la Coupe du Monde 2014 et de l’Euro 2016. Dans l’analyse que j’effectue avec mon staff technique, tous les matches sont importants. Mais il est primordial de replacer la performance individuelle d’un joueur dans un cadre. Il faut tenir compte de l’adversaire, du type de match et de la mise en place tactique. La constante, c’est que les joueurs ont forcément intérêt à être très bons à chaque fois".

SON OBJECTIF ?

"Ce n’est pas forcément de réunir les vingt-trois meilleurs mais de former le groupe qui me semble le plus apte à aller le plus loin dans la compétition".

"La concurrence est forte à chaque poste, les profils sont différents aussi. Ma méthode ? J’écris beaucoup. A l’heure des choix, je m’appuie sur mes notes et les nombreux rapports produits par le staff technique avec qui je multiplie les échanges oraux, bien sûr. Evidemment, les choix s’opèrent dans un cadre sportif. L’idéal est de doubler tous les postes sans forcément s’en tenir aux mêmes critères pour les deux joueurs retenus. Je dois tenir compte des systèmes et de l’animation que je souhaite mettre en place. Et donc avoir le plus d’options possibles avec des joueurs pouvant être utilisés dans certains systèmes plutôt que d’autres. Mon objectif, ce n’est pas forcément de réunir les vingt-trois meilleurs mais de former le groupe qui me semble le plus apte à aller le plus loin dans la compétition. Avoir un équilibre de groupe, sentir un état d’esprit collectif, c’est capital. Je sais très bien que certains joueurs qui mériteraient d’aller à la Coupe du Monde, ne figureront pas dans ma liste. En Russie, certains ne joueront pas ou peu. Je ne sais pas encore lesquels mais ce sera le cas. Les qualités footballistiques sont essentielles, mais l’aspect social et l’état d’esprit sont aussi très importants".



L’ATTENTE ?

"Ça fait partie du jeu. Chacun est libre de pouvoir faire sa liste, d’avoir ses préférés".

"On m’en parle souvent oui, en fonction des performances des joueurs. Ça fait partie du jeu. Chacun est libre de pouvoir faire sa liste, d’avoir ses préférés. En ce qui me concerne, je suis constamment dans la réflexion, j’échange beaucoup avec Guy (Stéphan) et Franck (Raviot). Dans un mois, nous aurons toutes les données et nous déciderons".

LES BLESSES ?

"J’espère qu’avec mon staff technique, nous aurons le maximum d’options à l’heure des choix".

"Nous les suivons de près. Le staff médical a des informations précises : le docteur Franck Le Gall est en contact régulier avec l’ensemble des référents médicaux dans les clubs. Grégory Dupont, notre préparateur physique, se déplace régulièrement dans les clubs français et étrangers pour faire le point sur place. Ils me remontent donc des informations mais je peux aussi échanger directement avec les joueurs. Dans l’optique de la liste du 15 mai, les blessés sont évidemment une source d’interrogations qui compte. J’espère que la liste ne s’allongera pas comme cela avait été le cas à l’approche de la Coupe du Monde 2014 ou de l’Euro 2016. Je souhaite que tout le monde soit en bonne santé. Les choix d’un sélectionneur sont toujours difficiles. J’espère qu’avec mon staff technique, nous aurons le maximum d’options à l’heure des choix".

LES MATCHES DU MOIS DE MARS ?

"Ce n’est jamais une bonne chose de subir une défaite ou une contre-performance".

"Les matches face à la Colombie (défaite 2-3) et la Russie (victoire 3-1) ont permis de collecter des informations supplémentaires. Elles s’ajoutent à celles que nous avons récoltées pendant les deux années de matches de qualification. Ce n’est jamais une bonne chose de subir une défaite ou une contre-performance. Dans l’analyse du match contre la Colombie, je n’oublie pas nos trente premières minutes de très grande qualité. En seconde période, nous n’avons pas été capables de répondre à ce que l’adversaire imposait. L’avenir nous dira si c’est un mal pour un bien. Mon groupe est jeune et peut connaître, au cours d’une rencontre, des périodes moins bien maitrisées. Depuis l’Euro 2016, le groupe a été énormément régénéré. Souvent, plus de la moitié des joueurs convoqués n’étaient pas présents au Championnat d’Europe. L’expérience ne s’acquiert pas en un claquement de doigt. Cela demande du temps".



LE CAMP DE BASE A ISTRA ?

"Les infrastructures seront prêtes et répondront à nos exigences, sans superflu non plus".

"La logistique, le camp de base, l’organisation, la sécurité… c’est capital. C’est aussi un travail de longue haleine, qui nécessite une collaboration étroite entre plusieurs services de la Fédération. L’ensemble du staff de l’Equipe de France et des services de la Fédération travaillent dans l’ombre sur ces sujets essentiels. Les infrastructures du camp de base à Istra seront prêtes et répondront à nos exigences, sans superflu non plus. Tout sera réuni pour que les joueurs et le staff se sentent comme chez eux sur place. Tout sera calé au mieux".

Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Bientôt disponible

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt, des communications et des contenus personnalisés et de partager les contenus sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies cliquez ici.