Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Olivier Giroud : "100, c'est un beau chiffre"




Le match contre l’Ukraine : "Bien se préparer pour le Portugal et la Croatie"
"Ce match amical peut s’apparenter à un match de préparation avant les deux matches de Nations League qui seront deux gros rendez-vous. Mais comme le dit le coach, même les matches amicaux on veut les gagner. Alors chaque chose en son temps. La meilleure façon de bien de se préparer pour le Portugal, dimanche, sera de faire un bon match contre l’Ukraine demain. Cette rencontre va nous rappeler de très bons souvenirs. Sur un plan personnel, ce match sera particulier pour moi, avec ma centième sélection, une grande fierté."

Les cent sélections : "Je ne me fixe aucune limite"
"J’ai signé en Ligue 1 à 25 ans. C’est un parcours atypique. À partir du moment où j’ai eu la chance d’être en Équipe de France, ça n’était que du bonus. En engrangeant les sélections, je ne me suis jamais fixé aucune limite, j’ai avancé étape par étape. Je suis resté dans cette équipe grâce à mon efficacité et à ce que je lui apporte. C’est un beau chiffre, 100, mais j’ai encore de belles années devant moi et je compte bien continuer à progresser dans la hiérarchie des buteurs. Je me sens très bien physiquement et dans ma tête. Je savoure ces moments-là, je prends conscience de la chance que j’ai d’être bientôt centenaire, de pouvoir peut-être égaler Michel Platini, de me rapprocher peut-être de Thierry Henry. Il y a beaucoup d’excitation. Je pense être un bel exemple pour les jeunes qui ne sortent pas pros à 17 ou 18 ans. Chacun son chemin. À force de persévérance, d’abnégation, de croire en ses qualités et de rencontrer les bonnes personnes, il n’est jamais impossible d’en arriver là."

Les 41 buts de Platini : "Égaler une légende du foortball"
"Michel Platini a tout à fait raison quand il dit que le plus important est de faire gagner son équipe, par une passe décisive ou un but. C’est tout aussi gratifiant ou presque pour les attaquants. En tant que numéro 10, il a réussi beaucoup de passes décisives. Quand je fais marquer mes partenaires, c’est un grand plaisir. Mais mon objectif est d’égaler le plus rapidement possible Michel Platini. Cela serait une immense fierté et un grand privilège d’égaler cette légende du football français".


Photo Aurélien Durand/FFF

Ses meilleurs souvenirs en bleu : "Des moments de communion avec le groupe"
"La finale de la Coupe du monde a bien sûr été au-dessus de tout, j’ai fondu en larmes d’émotion à la fin. Je me souviens de mes débuts, gravés dans ma mémoire, ma première sélection, mon premier but pour ma première titularisation en Allemagne, avec mon ami "Debuche" [Mathieu Debuchy] qui me fait marquer, un moment spécial. Mon but égalisateur contre l’Espagne à Vicente Calderon aussi, mon premier but en Coupe du monde, en 2014, ont été des moments forts. Je n’oublie pas la victoire contre l’Ukraine du 19 novembre 2013, un tournant pour cette génération, la communion avec le public qui nous a galvanisés dès le début du match. On a chanté la Marseillaise, on était comme des gamins, avec ce sentiment d'avoir reconquis le cœur des Français. Ce que je retiens, c’est la communion, à chaque fois, avec l’ensemble du groupe, les joueurs sur le banc. Cela prouve la mentalité, l’état d’esprit et la cohésion dans cette Équipe de France."

La nouvelle génération tricolore : "Un bon feeling"
"C’est sûr qu’il y a un petit choc de générations, par rapport à Eduardo qui a 17 ans, par exemple. Les sujets de conversation sont un peu différents. C’est la génération 2.0, avec tout ce qui va avec, les nouvelles musiques, les nouveaux chanteurs. Il y a un effectivement un petit décalage, mais ça n’empêche pas d’avoir un bon feeling. Ce sont de bons jeunes qui ont un très bon état d’esprit, donc ça va."

La concurrence en club : "La concurrence me motive"
"Certaines personnes disent en club que je n’aime pas la facilité. J’ai écrit un livre qui s’appelle Toujours y croire, ce n’est pas pour partir dès le début de saison et ne pas me battre cette année pour ma place, même si la concurrence paraît encore plus difficile que les saisons précédentes. Cette concurrence m’a toujours permis de me surpasser et de me motiver, on l’a vu l’année dernière avec ma bonne fin de saison. Je ne pouvais pas quitter le navire tout de suite. Il y a beaucoup de matches, je suis persuadé que j’ai un rôle à jouer dans cette équipe de Chelsea. On verra dans les prochaines semaines comme cela évolue, on fera les comptes en janvier peut-être."

Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt, des communications et des contenus personnalisés et de partager les contenus sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies cliquez ici.