Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Quatorze tirages dans le rétro


1930 (Uruguay) -  À la sauce sud-américaine

Le tirage au sort de la première Coupe du monde (treize engagés) se déroule trois jours avant le coup d’envoi du tournoi. Quatre têtes de série sont désignées et chacune des quatre formations venues d'Europe (Belgique, France, Roumanie, Yougoslavie) est reversée dans un groupe, puis le reste des équipes est placé en fonction du tirage. Les Tricolores héritent d’un groupe très « sud-américain » en compagnie de l’Argentine, du Chili et du Mexique. Pour la seule fois de son histoire, la France affronte ainsi trois équipes du même continent au premier tour.

1934 (Italie) - Un match et puis s’en va

Seize équipes se qualifient pour la phase finale (seize engagés) qui se déroule cette fois sur le principe de l’élimination directe. À Rome, le 4 mai 1934, les membres de la FIFA désignent la redoutable Autriche comme adversaire de la France en 8e de finale. Interrogé sur ce tirage très difficile, le pragmatique Jules Rimet, président de la FFF et de la FIFA, commente : « Autant tomber le premier jour contre l’adversaire le plus fort que d’être éliminé par une équipe moyenne ». Les Bleus s'inclineront 3 à 2 après prolongation. 

1938 (France) - Petites mains

Pour cette première compétition mondiale sur le sol français (quinze engagés), le tirage est organisé dans le célèbre salon de l'horloge, Quai d’Orsay, à Paris. Yves Rimet, petit-fils du président de la FIFA, âgé de six ans, s’agite sur la scène et désigne la Belgique comme rival de la France en 8e de finale. Un tirage abordable pour les Tricolores qui dominent très souvent leur voisin belge à cette époque. Cela se vérifiera sur le terrain (3-1).



Yves Rimet, petit fils du président de la FIFA, est la main innocente qui procède au tirage au sort de la Coupe du monde 1938. Photo : Archives/FFF.

1954 (Suisse) - Têtes de série

La France est désignée tête de série pour le tirage de ce cinquième Mondial (seize engagés) effectué le 30 novembre 1953 à Zurich. La FIFA adopte un format inédit où les deux têtes de série de chaque groupe ne se rencontrent pas en match de poule. Dans le groupe du Brésil, de la Yougoslavie et du Mexique, la France sera dominée (0-1) par la Yougoslavie dès son premier match, perdant toute chance de qualification avec ce format très controversé et jamais réutilisé. 

1958 (Suède) - La solution géographique

Le 8 février 1958, à Solna, les poules (seize engagés) sont composées en s’appuyant sur le critère géographique. Pas de têtes de série, mais chaque groupe abrite une sélection d'Europe de l'Ouest, une d'Europe de l'Est, une britannique et une latino-américaine. La France, sans savoir qu'elle se hissera sur la troisième marche du podium, hérite de la Yougoslavie, de l’Écosse et du Paraguay, dans le groupe 2.

1966 (Angleterre) - En direct de Londres

Le tirage au sort de l’édition 1966, en Angleterre (seize engagés), organisé en grandes pompes au Royal Garden Hotel de Londres, le 6 janvier, est pour la première fois retransmis en direct à la télévision. Devant les caméras du monde entier, la France (groupe 1) retrouve le pays organiseur et deux nations sud-américaines, l’Uruguay et le Mexique.



La FIFA inaugure le tirage au sort en direct à la télévision à Londres en 1966. Photo : AFP.

1978 (Argentine) - Pas de chance au tirage

Le tirage au sort du Mondial 1978 (seize engagés), le 14 janvier au Teatro San Martin de Buenos Aires, n’a pas laissé un bon souvenir côté français. Suite à de multiples discussions, la FIFA opte pour une solution de compromis très complexe avec la nomination de cinq têtes de série réparties en quatre groupes. Sous les yeux du président de la FFF, Fernand Sastre, les Bleus tombent dans le groupe A en compagnie de deux têtes de séries : l’Argentine, pays organisateur, et l’Italie (plus la Hongrie). Ils ne passeront pas le premier tour.  

1982 (Espagne) - Les aléas de la technologie

Le premier tirage au sort à vingt-quatre équipes, le 16 janvier au Palais des Congrès de Madrid, est tristement resté dans les mémoires en raison d'un problème technique. L’une des machines tournantes a écarté toutes les équipes sud-américaines du premier tour. Sous les yeux d’un Michel Hidalgo amusé, la France (groupe 4) se retrouve avec l’Angleterre, le Koweït et la Tchécoslovaquie. Depuis cet incident, la FIFA ne s’est plus jamais séparée d’un système qui a fait ses preuves : la main de l’homme



Michel Hidalgo et son adjoint Henri Guérin constatent avec amusement que les nations sud-américaines ont disparu du tirage au sort. Photo : Archives FFF.

1986 (Mexique) - Le coup du roi

Le 15 décembre 1985, plus de 1 300 personnes assistent au tirage au sort, ordonnancé dans un impressionnant décor maya, construit dans les studios de Televisa TV, à Mexico. Tête de série du groupe C, la France bénéficie d’un tirage plutôt clément : Canada, URSS et Hongrie. Cerise sur le gâteau, les Tricolores disputeront leurs trois premiers matches à Leon, situé à quelques dizaines de kilomètres de Tlaxcala, où Henri Michel a établi son camp de base pour bénéficier des bienfaits de la haute altitude.

1998 (France) - En direct du stade Vélodrome

Souhait de Michel Platini « pour faire participer les gens du football » à ce deuxième Mondial dans l'Hexagone, le premier à trente-deux engagés, le Vélodrome de Marseille accueille le match Europe-Reste du monde, en guise de coup d’envoi de la cérémonie, le 4 décembre 1997. Plus tard dans la soirée, la France (en route pour le sacre) hérite, selon son sélectionneur Aimé Jacquet, d’un « excellent tirage » avec un groupe C formé de l’Afrique du Sud, de l’Arabie Saoudite et du Danemark.



Pour la première et seule fois, le tirage au sort a lieu dans un stade, devant 38 000 personnes. Zinédine Zidane et Ronaldo sont les deux capitaines des nations qui s'affontent dans un match de gala précédent la cérémonie. Photo : AFP.

2002 (Corée du sud et Japon) - Champions en titre

La ville portuaire de Busan, en Corée du Sud, accueille le 1er décembre 2001 la cérémonie de l’édition 2002 (trente-deux engagés), télévisée dans plus de 130 pays. Champions du monde en titre, les Bleus sont très attendus en terre asiatique. Têtes de série, ils tombent dans un groupe A jugé « difficile » par le sélectionneur Roger Lemerre avec le Sénégal, l’Uruguay et le Danemark. L'élimination au premier tour lui donnera raison.



Roger Lemerre et Bruno Metsu (sélectionneur du Sénégal), deux techniciens français, se retrouvent pour ce premier tour du Mondial asiatique. Photo AFP.

2006 (Allemagne) - Audience record

Le nouveau parc des expositions de Leipzig, dans l’Est de l’Allemagne, a été choisi pour l’organisation, le 9 décembre 2005, d’une cérémonie suivie par 300 millions de téléspectateurs dans le monde, audience inégalée. Johan Cruyff, Lothar Matthäus, Roger Milla et Pelé tirent trois adversaires inédits en phase finale pour la France (future finaliste)avec la Suisse, la Corée du Sud et le Togo.



Koebi Kuhn (Suisse), Stephen Keshi (Togo), Raymond Domenech et Dick Advocaat (Corée du Sud), les sélectionneurs du groupe G. Photo : AFP.

2010 (Afrique du Sud) - Barragistes

Reversée dans le quatrième chapeau suite à sa qualification lors des barrages de la zone Europe, contre l’Irlande, et donc exclue des têtes de série, la France s'attend à un tirage difficile lors de la cérémonie du Cap. Elle hérite en fait d’un groupe A « équilibré », selon son sélectionneur Raymond Domenech, avec l'Afrique du Sud, le Mexique et l'Uruguay (autre barragiste), mais dont elle ne sortira pas. 



Le 4 décembre 2009 au Cap (Afrique du Sud), le tirage est effectué par l'actrice sud-africaine Charlize Theron, l'ancien capitaine tricolore Marcel Desailly ou l'athlète éthiopien Haile Gebreselassie, parmi d'autres sportifs de renom.

2014 (Brésil) - Une poule en or

Victorieux d'un barrage contre l’Ukraine, les Bleus sont une nouvelle fois placés dans le chapeau 4 avant le tirage au sort du Mondial 2014. Brésil, Portugal, Angleterre, Colombie ou Mexique sont des adversaires potentiels. Mais la chance sourit à Didier Deschamps et ses hommes qui héritent d’une poule E moins relevée avec la Suisse, l’Équateur et le Honduras, qu'elle remportera.



Le tirage du 6 décembre 2013 à Salvador de Bahia, au Brésil, est effectué par Cafu, Fabio Cannavaro, Alcides Ghiggia, Fernando Hierro, Geoff Hurst, Mario Kempes, Lothar Matthäus et Zinédine Zidane, représentant les huit vainqueurs de l'histoire la Coupe du monde. Photo AFP.

Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Bientôt disponible

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts, partager les contenus sur les réseaux sociaux et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies cliquez ici.