Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Soirs d’automne, soirs de qualif’


9 octobre 1965 : France-Yougoslavie 1-0

Pour se hisser au Mondial 1966 en Angleterre, la France doit battre sa "bête noire" yougoslave, ce qu’elle n’a jamais réussi à faire en compétition officielle. Dans un match acharné, après deux buts refusés, les Tricolores d’Henri Guérin, premier sélectionneur unique de l’histoire, trouvent enfin l’ouverture par l’attaquant nantais Philippe Gondet (photo ci-dessous, 77e), dont c’est la première apparition en bleu.



16 novembre 1977 : France-Bulgarie 3-1

Porté en triomphe par ses joueurs au Parc des Princes, Michel Hidalgo (photo) savoure ce succès face aux Bulgares qui envoient l’Équipe de France au Mondial 1978, en Argentine, douze ans après sa dernière phase finale (1966). Le sélectionneur a les larmes aux yeux. Cette rencontre décisive a été tendue jusqu’à son terme. Dominique Rocheteau, de près (1-0, 38e), puis Michel Platini d’une frappe dans la lucarne de Goranov (2-0, 63e) ont permis aux Français de se détacher. Mais Cvetkov, de la tête, trompe André Rey (2-1, 85e) et si les Bulgares égalisent, les Bleus seront éliminés. À une minute de la fin, sur un contre, Christian Dalger, décalé par Bernard Lacombe, délivre la France entière (3-1).



 décembre 1981 : France-Chypre 4-0

Le 18 novembre, les Bleus ont fait un grand pas vers le Mondial 1982, en Espagne, en terrassant les Pays-Bas (2-0), finalistes des Coupes du monde 1974 et 1978, grâce à un coup franc de Michel Platini (52e) et une frappe à ras de terre de Didier Six (82e). Mais ils doivent battre Chypre pour doubler l’Irlande du Nord à la différence de buts. Privés de Michel Platini, ils vont faire le boulot consciencieusement. Dominique Rocheteau (photo ci-dessous) ouvre le score sur coup franc (1-0, 25e). À la réception d’un centre de Didier Six, Bernard Lacombe double la mise de la tête (2-0, 29e). En fin de match, Rocheteau, encore lui (3-0, 82e), et Bernard Genghini (4-0, 86e) ponctuent le festival tricolore.



16 novembre 1985 : France-Yougoslavie 2-0

Champions d’Europe en titre, les Bleus d’Henri Michel ont l’obligation de s’imposer face aux Yougoslaves pour assurer leur place à la Coupe du monde 1986 au Mexique. Dès la troisième minute, Michel Platini (photo ci-dessous), d’une feuille morte superbe, convertit en but le coup franc qu’Alexis Ponnet, l’arbitre, lui a accordé. Parfois en difficulté, les Français se mettent à l’abri grâce à un nouveau coup de patte de leur capitaine, du gauche celui-là, après une déviation de la tête de José Touré (71e).



9 octobre 1999 : France-Islande 3-2

Les Bleus doivent impérativement remporter cette rencontre pour se qualifier à l’Euro 2000. Ils y parviennent au terme d’un match fou qui les voit mener 2-0 puis être rejoints par les Islandais (2-2) avant un but victorieux de Trezeguet (3-2, 70e). C’est réellement le soir des joueurs des coéquipiers de Didier Deschamps (photo ci-dessous) car dans le même temps, la Russie et l’Ukraine se neutralisent (1-1) et permettent à la France d’obtenir son billet pour l’Euro.



18 novembre 2009 : France-République d’Irlande 1-1

Deuxièmes de leur groupe derrière la Serbie, les Tricolores sont contraints à un barrage contre l’Eire pour se qualifier pour le Mondial 2010, en Afrique du Sud. Vainqueurs à Dublin à l’aller (1-0) grâce à un but de Nicolas Anelka et une prestation haut de gamme d’Hugo Lloris, ils rencontrent les pires tourments face à des Verts décomplexés par le but de Damien Duff (33e). Arrive la prolongation et un long coup franc de Florent Malouda (103e). Thierry Henry contrôle le ballon de la main et sert William Gallas qui marque le but (photo) d’une qualification qui fera couler beaucoup d’encre.



19 novembre 2013 : France-Ukraine 3-0

Devancée par des Espagnols intouchables dans sa poule des éliminatoires, la France se retrouve au bord du gouffre après sa défaite lors du barrage aller à Kiev (0-2), en Ukraine, elle qui n’a raté aucune phase finale internationale depuis 1994. Pourtant, dès leur arrivée au Stade de France, les Bleus sentent l’exploit possible. Le public est derrière eux comme jamais. Karim Benzema (34e) et Mamadou Sakho (22e, 72e, photo ci-dessous), matérialisent leur très nette domination. Ce 19 novembre 2013 marque la réconciliation entre une équipe et son public. Olivier Giroud saisit le micro et entonne La Marseillaise a capella (photo en tête d'article). Les spectateurs reprennent en chœur. Tous fiers d’être Bleus !



Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt, des communications et des contenus personnalisés et de partager les contenus sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies cliquez ici.