Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Stade de France : vingt ans d’émotions


Un jardin pour la vie (France-Espagne - 28 janvier 1998)

Un froid polaire accompagne les festivités d’inauguration d'une enceinte dont le projet de construction, lancé en 1992, a été suivi par le pays entier. Le moment est historique. L’État n’avait plus bâti de stade depuis Yves-du-Manoir, à Colombes, pour les Jeux olympiques de 1924. Le président de la République Jacques Chirac assiste au match inaugural, France-Espagne, conclu par une victoire tricolore (1-0) sur une réalisation de Zinédine Zidane (20e). « Je suis conscient d'avoir marqué un but historique. Ce stade est fabuleux », savoure le meneur de jeu. Le sélectionneur Aimé Jacquet tempère l’enthousiasme soulevé par ce premier rendez-vous, à quelques mois du Mondial en France. « Ce n'est que le début d'une aventure. Nous nous sommes fixé un objectif tellement immense que nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup à faire. »



Moment historique pour Zinédine Zidane qui inscrit le premier but de l'histoire du Stade de France. Photo Archives FFF.

Le jour de gloire (France-Brésil - 12 juillet 1998)

Didier Deschamps, capitaine de l’Équipe de France, reçoit et brandit le trophée de la Coupe du monde. Pour le football français, un rêve devient réalité. Les Brésiliens, grands favoris de la compétition, rois du ballon rond, sont réduits à l’impuissance (3-0) par des Tricolores promis à un destin doré, à l’image de Zinédine Zidane, auteur d’un doublé victorieux. En ce soir d’apothéose, Zizou se voit soudainement élevé au rang de héros national. Dans leur jardin de Saint-Denis, les Bleus d'Aimé Jacquet écrivent ainsi la plus belle page de l’histoire du football tricolore, ralliant tout un pays à leur épopée triomphale. À la fois grandiose et inoubliable. 



Les vingt-trois joueurs et le staff tricolore prennent la pose pour l'éternité sur la pelouse du Stade de France. Photo AFP.

Calais pour l’histoire (FC Nantes-Calais RUFC - 7 mai 2000)

La grande aventure de Calais en Coupe de France s’achève sur la pelouse de Saint-Denis. Pour la première fois, une équipe amateur (CFA, niveau 4) atteint la finale. Un magasinier, un intendant de camping ou un peintre en bâtiment défient le FC Nantes, tenant du trophée, devant plus de 13 millions de téléspectateurs, record d’audience de l’épreuve. Le miracle se poursuit : les Calaisiens, soutenus par 62 % des Français selon un sondage, mènent 1-0 à la mi-temps, but de Jérôme Dutitre (33e). Mais Antoine Sibierski égalise (1-1, 49e) puis anéantit leurs espoirs sur un penalty contesté(2-1, 90e). Les canaris nantais conservent la Coupe et leur capitaine Mickaël Landreau invite son homologue Réginald Becque sur le podium. Une belle image pour conclure une belle histoire. 



L’adieu au Lion (France-Cameroun - 29 juin 2003)

Endeuillée par le décès de Marc Vivien Foé, la finale de la Coupe des Confédérations 2003 entre la France et le Cameroun se déroule dans une atmosphère chargée d’émotion. Les Lions indomptables s’échauffent vêtus du maillot n° 17 de leur coéquipier, disparu quelques jours plus tôt, à 28 ans, d'un accident cardiaque survenu lors de la demi-finale Cameroun-Colombie (1-0), à Lyon. Les deux équipes ne parviennent pas à se départager, jusqu’au but en or inscrit en finesse par Thierry Henry (98e). Sur le podium, Français et Camerounais se réunissent autour du portrait de Foé. 



Marcel Desailly et Rigobert Song, le capitaine camerounais, lèvent conjointement le trophée, avant un tour d'honneur des deux équipes. Photo AFP.

Vive la Bretagne ! (Guingamp-Rennes - 9 mai 2009)

Pour la première fois depuis la compétition, 1917, deux clubs bretons, Guingamp et Rennes, s’affrontent en finale de la Coupe de France. 80 056 spectateurs, record d'affluence pour un match de la Vieille Dame, font le déplacement à Saint-Denis. Dans une ambiance festive, l'hymne de la Bretagne est interprété lors de l'échauffement, puis à l'issue de la remise du trophée. L'En Avant de Guingamp, présidé par Noël Le Graët, domine son adversaire du soir (2-1) et devient le premier club de deuxième division à remporter le trophée depuis Le Havre AC, en 1959. 



Décollage pour Rio (France-Ukraine - 17 novembre 2013)

« Impossible n'est pas Français», disait Napoléon. Lors du barrage retour de la zone Europe, les Bleus, défaits (2-0) au match aller trois jours plus tôt à Kiev, arrachent leur ticket pour la Coupe du monde 2014 en battant l'Ukraine (3-0), dans un Stade de France bouillonnant. Dos au mur, les Tricolores accomplissent un miracle en marquant à trois reprises par Mamadou Sakho (22e et 72e) et Karim Benzema (33e). En plus d'un billet pour le Brésil, cette victoire offre aux Bleus un nouvel élan, du temps pour progresser et de nouvelles perspectives comme, par le passé, le France-Pays-Bas (2-0) de 1981 pour la génération Platini ou le Roumanie-France (1-3) d’octobre 1995 pour la génération Zidane.



Soir de record (France-Islande - 3 juillet 2016)

Alors que les Islandais sont les spécialistes du "clapping", les Français les imitent de longues minutes avant ce quart de finale de l’Euro 2016. Dans une belle ambiance, les Bleus offrent un festival offensif au public du Stade de France, inscrivant quatre buts en première période. Dans l’histoire de la compétition, c’est la première fois qu’une équipe marque quatre fois en première mi-temps. La rencontre se termine sur une victoire fleuve (5-2) des hommes de Didier Deschamps. Malheureusement, quelques jours plus tard, les Tricolores s’inclineront face au Portugal (0-1 a.p.) en finale de l’épreuve sur cette même pelouse.  



Patrice Évra, Olivier Giroud, Benoît Costil, Kingsley Coman et Bacary Sagna participent au "clapping" des supporters français au pied des tribunes du Stade de France. Photo AFP. 

Le cri pour la paix (France-Angleterre - 13 juin 2017)

Bien plus qu'un match de football, cette rencontre entre la France et l’Angleterre s'impose comme un grand moment de fraternité entre deux nations et leurs supporters, rassemblés. Avant la rencontre, un hommage poignant est rendu aux victimes des attaques terroristes de Manchester et de Londres. La Garde républicaine interprète Don't look back in anger (Ne regarde pas le passé avec colère), célèbre tube du groupe Oasis, originaire de Manchester. Un seul et même cri pour la paix qui restera à jamais gravé dans la mémoire des 80 000 spectateurs présents pour ce match amical (3-2 pour la France).



Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Bientôt disponible

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts, partager les contenus sur les réseaux sociaux et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies cliquez ici.