Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Tolisso et Varane après l’Albanie


Corentin Tolisso : "Sur la bonne voie"

Son retour en bleu : "Fier de pouvoir être là"
"C’était émotionnellement très fort pour moi parce que j’aime le football et que j’aime jouer pour l’Équipe de France. Ne pas être appelé pendant un an à cause d’une blessure, c’est très long et très compliqué. Durant l’hymne national, en regardant mes parents et mes amis au stade – qui m’ont beaucoup aidé durant cette période – c’était très fort et j’étais très fier de pouvoir être là. Je ne voulais qu’une chose : retourner sur les terrains, rejouer avec le Bayern et revenir en Équipe de France. Je savais que cela allait être dur avec toute la concurrence, qu’il fallait énormément travailler pour revenir au plus haut niveau. Cela m’a fait grandir dans la tête, cela m’a endurci. Quand on vit des moments compliqués, cela forge un mental, ce qui est très important pour réussir au haut niveau. Maintenant, il faut que je monte en régime encore pour retrouver mon réel niveau, avec des buts, des passes décisives et un volume de jeu encore plus intéressant. Cela ne dépend que de moi, j’ai déjà beaucoup travaillé, à moi maintenant de prouver au quotidien avec le Bayern et de continuer comme cela."

Les quatre du Bayern Munich : "Continuer comme cela"
"C’est une bonne chose pour nous d’évoluer ensemble en Équipe de France, j’espère que cela va continuer. Kingsley Coman a fait un très bon match, dans la lignée de son début de saison au Bayern. Il est en très grande forme, ce qu’il réalise au Bayern comme lors du match d’hier, c’est vraiment exceptionnel. Ses blessures l’ont aussi renforcé mentalement et je pense que cela l’aide pour ses prestations. Ben [Pavard] et Lucas [Hernandez] ont également été très bons. Ben est un peu plus calme, Lucas un peu plus "fou-fou" mais c’est ce qui fait qu’il a une bonne personnalité. Ils se sont très bien et très rapidement intégrés au Bayern, j’espère que cela va continuer comme cela."



Son statut chezles Bleus : "La concurrence est très élevée"
"On a été champion du monde il y a un peu plus d’un an mais la concurrence est toujours aussi forte. Elle l’était déjà avant la Coupe du monde, les places étaient chères… Aujourd’hui, de nouveaux joueurs sont intégrés au groupe, il y a énormément de concurrence, je le vis au quotidien au Bayern. Ici aussi, la concurrence est très élevée et même si je suis champion du monde, elle est bel et bien présente pour moi comme pour tout le monde."

L’évolution de l’Équipe de France : "Toujours présents"
"Elle progresse constamment et c’est une bonne chose. Quand on est en Équipe de France, il faut être à son meilleur niveau sinon, d’autres prendront notre place. Même s’il y a eu un petit accroc au mois de juin, on a démontré hier que l’on était toujours présent et que l’on était toujours une très bonne équipe, c’est la bonne voie. Certains n’étaient pas là lors de ce rassemblement, il appartenait à ceux qui étaient présents de répondre sur le terrain et ils l’ont bien fait. Avec ou sans absents, l’Équipe de France se doit gagner tous ses matches."

La Turquie : "C’est du passé"
"On n’en parle pas forcément, c’est du passé, il faut se concentrer sur le présent et l’avenir. On sait tous que cela ne doit plus se reproduire. Il faut engranger tous les points lors des prochains matches et se qualifier le plus rapidement possible."

Cent matches au Stade de France : "Toujours aussi beau"
"Le stade est toujours aussi beau, l’ambiance est toujours présente avec l’Équipe de France, les supporters sont déchaînés et à fond, et c’est ce qui nous aide, bien sûr. Mon plus beau souvenir dans ce stade, c’est forcément ma première sélection, même si on a perdu. C’est un moment inoubliable, l’un des plus beaux de ma carrière de jouer pour mon pays devant mes parents et tous ces supporters. Cela ne peut être que magnifique."

Andorre : "Être sérieux pour gagner"
"On s’est bien senti cette semaine, on a effectué de bonnes séances de travail, on a bien préparé le match contre l’Albanie et cela s’est ressenti par la qualité du football que l’on a pu montrer, on a réalisé de belles séquences. Il faut s’appuyer sur ce match pour celui face à Andorre, être sérieux et bien structuré contre eux, bien commencer pour se rendre ce match facile et le gagner."

Raphaël Varane : "Ne pas tomber dans la facilité"


La victoire sur l’Albanie : "Beaucoup de sérénité"
"On avait envie de joueur dans le camp adverse et de passer sur les côtés. L’idée était d’attaquer, de faire mal à l’adversaire, de percer les lignes adverses et j’ai essayé d’être bon dans ce domaine, de mettre mes coéquipiers dans de bonnes conditions. Toute l’équipe a fait preuve d’un bon état d’esprit et d’enthousiasme, on a été bon avec et sans le ballon. J’ai senti beaucoup de sérénité, on a été concentré sur la façon dont on voulait évoluer. On a réussi à faire le match que l’on voulait, en étant offensifs et en mettant beaucoup de rythme. Notre adversaire a beaucoup couru et on a réussi à continuer à aller de l’avant après avoir marqué rapidement le premier but. Quand nous sommes ainsi, on est plus difficile à jouer. Il faut continuer de la même façon au prochain match."

La première avec Clément Lenglet : "Très positif"
"On a été pour la première fois associé en défense et cela a été facile au niveau de l’entente, des déplacements et de la complémentarité. Clément est un joueur intelligent, un excellent relanceur. Le plus important se situe au niveau des déplacements, de la communication entre nous pour savoir comment se placer au marquage de l’adversaire, de la couverture et des petits ajustements à avoir pour se sentir bien. Cela s’est bien passé avec d’excellentes sensations, c’est très positif."

Andorre : "Être sur nos gardes"
"On est focalisé sur le prochain match, comme à chaque fois. Il y a trois points à aller chercher, c’est l’objectif. On sait ensuite que les rendez-vous d’octobre seront très importants mais on prend match par match. Contre Andorre, il faudra être sur nos gardes, il n’y a aucun match facile, cela va nous demander des efforts. On aura davantage le ballon, à nous d’en faire bon usage. C’est un adversaire qui ne va rien lâcher, il a déjà démontré qu’il va tout faire pour nous poser des problèmes, à nous de ne pas tomber dans la facilité".

Raconté par :
FFF
Dans cet article :
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt, des communications et des contenus personnalisés et de partager les contenus sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies cliquez ici.