Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Causerie : le poids des mots

Avant un match, la causerie constitue le dernier vrai moment d'influence de l'entraîneur. Ce moment permet d'impulser, de favoriser une ultime préparation. La tonalité de la causerie, son contenu, sa forme et sa durée, sont fonction de l'objectif prioritaire à atteindre : rassurer, provoquer, réduire les incertitudes, encourager le risque, l'initiative, et bien sûr agir sur l'aspect motivationnel. La causerie est un moment fort. Un rituel qui ne doit jamais être banal.

A organiser comme une séance !

La causerie d'avant match répond souvent à un plan assez régulier, même si on trouve parfois une volonté de surprendre, qui favorise la mise en état d'alerte des joueurs. Mais d'une manière générale, on commence en présentant le contexte, avec une image forte ou une métaphore si possible. C'est ce que les joueurs retiendront. Présenter ensuite l'adversaire, et rappeler quelques données concernant sa propre formation, en insistant sur les coups de pied arrêtés, offensifs et défensifs.

Enfin, faire une synthèse courte des idées principales. Le côté plus motivationnel intervient en général à la fin, touchant davantage tantôt le match lui-même, tantôt l'adversaire, l'amour-propre ou encore le résultat. Évacuez tous les termes caractéristiques de la "langue molle" (essayer de, s'efforcer de...). N'oubliez pas que les joueurs sont responsables du jeu. La pression de résultat est pour l'entraîneur. Mieux vaut insister sur le jeu, pas l'enjeu !

Quelqu'un qui a peur transmet sa peur

La qualité du message passe également par la qualité de l'émetteur. Aussi, des efforts sont à réaliser pour gommer tout ce qui pourrait être de nature à perturber l'équipe. Laisser transparaître une grande angoisse avant un match revient à n'accorder qu'une confiance limitée à ses joueurs. Il est préférable de manifester une forme d'assurance, même si ce n'est pas toujours facile, qui soit en accord avec ses paroles, et conforte les joueurs dans leur conviction qu'un bon résultat est possible.

Courte, tonique et dynamique

N'oubliez pas qu'une causerie se prépare. Elle ne doit pas être improvisée. Il y a là un côté « acteur ». Il faut œuvrer à ce que la causerie soit courte (7-8 minutes voire moins pour les jeunes joueurs). Dans son discours, on doit chercher à activer le désir de reconnaissance, l'amour propre, la fierté, l'orgueil, qui favorisent la performance. Il faut développer aussi la notion de confiance. D'où l'importance d'avoir un discours positif…

Raconté par :
L'équipe #CôtéFoot
[[item.timestamp*1000 | date:'dd/MM/yyyy - HH:mm:ss' ]]
author_pict
[[ item.author.name ]]
[[item.author.score | grade]]

[[item.author.score]] pts

[[item.body]]

Commentaire modéré

Mon corner
Like, Partage, Retweet :  +5 points

Social
Hub

0
feeds en live

Playzone

Bientôt disponible

Services


CRÉDIT AGRICOLE, PARTENAIRE DE TOUS LES FOOTBALLS

Depuis 2010, nous sommes le partenaire majeur et exclusif dans le domaine banque et assurance de la Fédération Française de Football.

Car nous sommes la banque leader en France, nous accompagnons naturellement le sport préféré des français. Nous croyons en notre engagement aux côtés de tous les footballers… et de ceux qui les encouragent : du football amateur, socle historique de son engagement (1974), jusqu’aux Equipes de France en passant par les Coupes, de France et Gambardella – Crédit Agricole.

Manifeste
picto cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts, partager les contenus sur les réseaux sociaux et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies cliquez ici.